Recevez la newsletter de Fabrice Midal

une fois par mois des enseignements de Fabrice Midal
Méditation corps et posture

1. Découvrir son corps, trouver la posture


Etre présent à son corps

La méditation commence par le fait de se poser dans le présent. Or, trop souvent, nous ne sommes pas enracinés en notre corps. Nous confondons son utilisation à coup de régimes et de cures, d’exercices plus ou moins intensifs, de prises de médicaments divers avec le fait d’entrer pleinement en rapport à lui.

Méditer, c’est donc au premier chef découvrir son corps, ici et maintenant.

Aussi, l’idée courante que la méditation en tant que travail « spirituel » implique de s’occuper d’abord de son esprit est erronée. C’est en revenant à notre corps, à nos sensations, que l’on quitte le ressassement, l’insatisfaction et l’égarement courants pour entrer dans le présent.


Le dos droit et les jambes croisées

Le dos, la tête et le bassin
Vous êtes assis. La posture consiste d’abord à avoir le dos droit mais sans aucune tension ni rigidité. La tête est comme reliée au ciel par un fil invisible. Les fesses et le bassin sont bien posés sur le coussin.
Sentez tout à la fois que votre dos est droit et que le devant de votre corps est ouvert et tendre.
Par une telle posture, nous proclamons, avec courage, qu’il est possible de nous défaire des mécanismes de défense qui nous étouffent.
Mais de plus, nous sommes aussi prêts à être touchés par tout ce qui survient.

Les jambes
Les jambes sont croisées devant soi. Il n’est pas nécessaire de prendre la position du lotus qui ne convient pas à la morphologie de la plupart des Occidentaux.
Les jambes ainsi croisées expriment l’unité de l’être, l’unité de la vie et de la mort, du masculin et du féminin, du corps et de l’esprit.

Les yeux
Les yeux sont de préférence ouverts, ou plus exactement mi-clos, comme on le voit sur la plupart des représentations du Bouddha.
Ils sont baissés vers le bas . Posé à environ un mètre cinquante devant soi, le regard est paisible. Il ne fixe rien : il est simplement ouvert.
La question de savoir s’il faut pratiquer les yeux ouverts ou fermés suscite des débats. Ne vous focalisez cependant pas sur ce point et si vous préférez pratiquer les yeux fermés : faites-le. L’important dans la méditation est l’attention. C’est là l’essentiel.
Cependant nous conseillons de pratiquer les yeux ouverts, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’esprit de la pratique est de rester alerte et d’accueillir tous ce qui peut survenir. Fermer les yeux risque de nous endormir et donc de rendre l’exercice plus difficile.
De manière plus profonde, l’attitude générale que nous cultivons en méditant ne consiste pas à entrer en nous-mêmes mais à être ouverts à ce qui est. Nous ne cherchons pas à vivre une expérience extatique, à rêver ou à entrer dans une autre dimension, mais simplement à nous relier à ce qui nous entoure.
Enfin, en pratiquant les yeux fermés, nous entrons dans un état particulier qui nous coupe de la réalité. La transition avec la vie quotidienne risque alors d’être plus difficile.

La bouche
La bouche est légèrement entrouverte comme si vous alliez prononcer le son « Ah ». Vous évitez ainsi toutes les crispations au niveau des mâchoires.

Les mains
Laissez simplement vos mains reposer confortablement à plat sur vos genoux.


Etre comme une montagne, digne et solide

Méditer consiste à s’asseoir avec la solidité et la dignité d’une montagne.

Quelle que soit la violence des vents qui l’assaillent, la neige et la pluie, le froid ou la chaleur du soleil, une montagne reste immuable. Quelles que soient les pensées et émotions qui vous traversent, vous restez là, présent.

Vous pensez à une glace au chocolat, vous ne vous levez pas pour ouvrir le congélateur. Vous restez assis. La pensée vous quitte d’elle-même.

Vous avez envie d’appeler un ami lointain. La nostalgie vous étreint. Vous restez immobile. Attentif à ce que vous ressentez. Vous ne décrochez pas immédiatement votre téléphone.

En étant comme une montagne, vous vous disposez à vous relier à tout ce qui peut se présenter. Vous ne vous laissez pas emporter par la moindre petite bourrasque, la moindre émotion, sans pour autant rejeter ce qui survient.

Dans cette posture, vous éprouvez également un sens de plénitude, de dignité et de confiance. Il est bon d’être assis et de se relier à son être propre.

©
Centre de méditation