Recevez la newsletter de Fabrice Midal

une fois par mois des enseignements de Fabrice Midal
Méditation souffle

2. Se relier au souffle


Méditer — c’est respirer

Un point de repère
Pour habiter ce présent, nous nous aidons de la respiration. Elle est comme un point de repère qui nous invite à rester dans le présent.

Un mouvement insaisissable
La respiration est d’autant plus précieuse qu’elle est un pur mouvement qu’on ne peut pas figer. Une fois que l’expiration est passée, l’inspiration vient. Cela se fait tout seul. Aucun effort ne nous est nécessaire. Ce mouvement nous apprend que la présence ne peut être saisie. On ne peut pas s’y installer.
Être présent est un état d’ouverture vivante.

Ne pas manipuler sa respiration
Portez attention à votre respiration, mais sans essayer de la transformer ou de réussir à respirer d’une manière particulière ; respirez simplement, juste en restant attentif. Ne changez pas le rythme de votre respiration. Cette attention vous ancre dans le présent.

L’expiration
Nous portons une attention légèrement plus soutenue à l’expiration car elle est un mouvement spontané de dessaisie, alors que le mouvement de l’inspiration est plus un moment de confirmation de sa propre existence.
A chaque expiration, le souffle sort. Nous nous laissons porter par lui. Le souffle se dissout dans l’espace. Nous nous dissolvons dans l’espace avec lui. Nous nous dissolvons, encore et encore.

Etre un avec le souffle
Nous ne cherchons pas à observer notre souffle, mais à être un avec lui. Nous faisons corps avec notre souffle, nous sommes entièrement avec lui. La respiration, celui qui respire et l’acte de respirer deviennent en quelque sorte une seule et même chose.

©
Centre de méditation