Recevez la newsletter de Fabrice Midal

une fois par mois des enseignements de Fabrice Midal

Bonnes raisons

Au fond, Il n’y a pas de mauvaise raison pour pratiquer la méditation. Que l’on pratique juste parce qu’on a besoin de prendre un moment pour respirer un peu ou que l’on ait l’aspiration que notre pratique puisse contribuer à ce que le monde dans lequel nous vivons aille mieux, peu importe. Ce qui compte c’est qu’une fois assis sur le coussin, nous puissions mettre nos attentes de côté et laisser la pratique œuvrer d’elle-même.


1) Ouvrir une parenthèse

Nous vivons dans un monde ou nous sommes constamment sollicités par tout un tas de choses. Avec l’arrivée d’internet et des téléphones portables, nous sommes en permanence abreuvés d’informations et de sollicitations diverses auxquelles il nous faut répondre rapidement. La plupart d’entre nous n’ont plus la possibilité de rester un moment assis au coin du feu à ne rien faire, comme pouvaient encore le faire nos grands-parents. Dans ce contexte, méditer ne serait-ce que cinq ou dix minutes dans la journée peut nous permettre de trouver l’espace de respiration minimum nécessaire pour laisser notre esprit se poser un moment. De ce point de vue, pratiquer la méditation, c’est un peu comme faire du sport ou se brosser les dents. C’est simplement un geste hygiénique indispensable à notre santé.


2) Être plus présent

Bien souvent, nous avons le sentiment de ne pas être à ce que nous faisons, comme si nous fonctionnions en « mode automatique ». Nous n’arrivons plus vraiment à être attentif à ce qui nous arrive et aux personnes qui nous entourent. Notre esprit est comme parti ailleurs et nous avons l’impression de passer à côté des choses. En nous ramenant au corps, à l’espace qui nous entoure et au moment présent, la pratique peut nous aider à retrouver un sens de présence plus incarné.


3) Retrouver un sens d’être

Il arrive dans nos vies que nous ne sachions plus vraiment quelle direction prendre. Nous rencontrons alors un grand sentiment d’insatisfaction. Tout ce que nous faisons nous semble vain et nous ne savons plus où nous tourner. Nous avons perdu toute forme d’allant. C’est une excellente occasion pour pratiquer. Méditer ne va pas résoudre tous nos problèmes. Cela ne nous dira pas non plus ce que l’on doit faire de notre vie. Mais, en nous reliant au sens d’être primordial qui est en nous, cela peut nous permettre de sortir d’une certaine forme de pessimisme et de voir notre situation avec plus de clarté.


4) Profiter du bonheur d’être vivant

Cela peut être aussi simple que ça. La pratique de la méditation est une formidable occasion pour se réjouir pleinement du seul fait d’être en vie. Nous avons rarement l’occasion de célébrer la vie en nous. Prendre quelques instants pour nous asseoir et nous accorder au rythme de la vie à travers notre souffle peut réellement nous faire du bien.


5) Retrouver la confiance

Notre monde est souvent impitoyable. Il ne laisse aucune place à la faiblesse et au doute et nous enjoint constamment d'être toujours plus performant. Dans une telle atmosphère, il est facile de perdre pied et de céder le pas au découragement ou à la peur. En nous raccordant à la simplicité de la présence, toujours disponible, spacieuse et bienveillante, la pratique peut nous aider à nous sortir de l’abattement et à retrouver un sens de confiance.


6) Accueillir la blessure de son cœur

Nous sommes tous à un moment ou à un autre de notre vie confrontés à la souffrance. Elle peut-être provoquée par un événement particulier, un échec, une maladie ou la perte d’un être cher. Mais cela peut être aussi une souffrance plus profonde, qui n’a pas de cause apparente et qui est liée à la fragilité inhérente au fait d’être humain. L’attitude habituelle que nous avons vis-à-vis de nos souffrances, qu’elles soient petites ou qu’elles soient grandes, consiste souvent à les mettre de côté, à les enfouir et à passer rapidement à autre chose. Dans la pratique de la méditation, nous accueillons tout ce qui survient, sans aucune forme de jugement. La souffrance ne fait pas exception. Et s’asseoir sur un coussin peut être aussi l’occasion de prendre soin de nos blessures avec plus de justesse et de douceur.


7) Faire chemin

Pour certains d’entre nous, la pratique de la méditation peut prendre la forme d’un engagement à plus long terme. Nous nous sommes initiés à la pratique, et nous avons pu constater à quelle point elle faisait sens pour nous, à quel point elle répondait à notre aspiration la plus profonde. C’est le signe que nous sommes prêt à nous engager plus avant dans la pratique, à y consacrer du temps afin qu’elle puisse véritablement œuvrer en nous. Ce qui est formidable, c’est que la pratique a toujours quelque chose à nous offrir. Même si nous pratiquons depuis de nombreuses années, nous ne cessons d’être surpris par ce que nous y découvrons.


8) Sauver le monde

À l’École occidentale de méditation, nous sommes convaincus que la méditation est ce qui peut répondre de manière très profonde aux défis de notre temps. Pratiquer dans la seule perspective de notre développement personnel nous paraît bien trop étroit. Il ne s’agit pas uniquement de sauver notre peau, mais bien de changer le monde. En pratiquant la Pleine présence et en portant une attention ouverte à tout ce qui nous entoure, nous rétablissons le monde dans sa dignité. En pratiquant la Confiance, nous combattons le découragement et la résignation qui paralysent nos vies. En pratiquant l’Amour bienveillant, nous repoussons l’emprise de la haine, qui partout ronge notre monde.
Cela peut paraître un peu démesuré de penser que notre pratique va sauver le monde. En fait, il s’agit simplement de prendre sa part du travail. Commençons par nous-même. Pratiquons et voyons ce que cela change en nous et autour de nous. Il se peut que nous découvrions que notre pratique a un impact bien plus vaste que ce que l’on peut imaginer.

©
Centre de méditation