Recevez la newsletter de Fabrice Midal

une fois par mois des enseignements de Fabrice Midal

 Amour bienveillant

L’Amour bienveillant est au cœur de la pratique de la méditation telle qu’elle est transmise à l’École occidentale de méditation. C’est elle qui nous permettra de ne pas instrumentaliser la pratique, de ne pas en faire une technique et de garder entière la profondeur de notre aspiration.

La bienveillance est ce dont notre monde a le plus besoin. Nous sommes tellement éloignés de cette dimension qu’elle peut nous paraître un peu naïve ou « gentillette ». Il n’en est rien. Développer une attitude réellement bienveillante demande en réalité beaucoup de travail et de courage. Il est beaucoup plus facile de rejeter les choses, de mettre de côté ce qui ne nous convient pas, que d’être prêt à accueillir la réalité telle qu’elle et d’en faire pleinement l’épreuve. C’est là que réside la plus grande part du chemin que nous avons à faire.

En réalité, l’attention que nous développons dans la pratique de la pleine présence est déjà en elle-même un acte de bienveillance. Porter attention à quelque chose, avoir de la curiosité pour elle, c’est s’ouvrir à elle telle qu’elle est, c’est accueillir toutes les possibilités de son plein déploiement. Il n’existe pas d’attention qui ne soit pas bienveillante. De la même façon, tout acte bienveillant suppose en soi l’attention. La bienveillance n’est pas une posture intellectuelle. Elle implique que nous soyons attentifs aux êtres. Sinon comment pourrions-nous savoir ce dont ils ont réellement besoin ? Pour définir le lien très profond qui lie la Pleine présence et l’Amour bienveillant, Fabrice Midal a l’habitude de les comparer aux deux ailes d’un même oiseau. Si l’une des ailes vient à manquer, la situation est bancale et l’oiseau ne pourra pas voler.

Dans la pratique de l’Amour bienveillant nous cherchons à cultiver plus spécifiquement le caractère bienveillant du mode d’ouverture inconditionnelle à ce qui est, que nous avons découvert dans la pleine Présence. Il s’agit de laisser se déployer la tendresse et la chaleur de notre cœur. Souvent, nous commençons par orienter cette chaleur vers nous-même – par exemple en évoquent le souvenir d’un moment où nous nous sommes sentis aimés pour de bon – avant d’y inclure les autres puis le monde tout entier. Mais que l’Amour bienveillant se déploie pour nous-même, pour les autres ou pour le monde ne fait pas de différence du point de vue de la pratique. C’est chaque fois la même dimension que nous explorons.

C’est souvent très impressionnant de découvrir que l’on peut s’exercer à l’Amour bienveillant. Nous avons l’idée qu’il s’agit d’un domaine sur lequel nous n’avons aucune emprise, sur lequel nous ne pouvons pas agir. La pratique de l’Amour bienveillant est une manière très concrète – physiquement très concrète – de s’exercer à aimer. C’est comme si l’on travaillait un muscle. Au début cela peut paraître complètement insurmontable. Mais petit à petit, avec un peu de patience, la chose se développe au fil des séances. Et bientôt nous découvrons à quel point notre cœur est vaste. Nous n’avons en général aucune idée de cela. Nous nous asseyons, nous essayons timidement d’ouvrir notre cœur et nous découvrons la tendresse infinie du monde. C’est une incroyable découverte.

Pour aller plus loin : "Méditation sur l’amour bienveillant", 12 méditations guidées (Audiolib, 2013).

©
Centre de méditation