Recevez la newsletter de Fabrice Midal

une fois par mois des enseignements de Fabrice Midal
Méditation pensées

3. Remarquer ses pensées sans s’y accrocher

En pratiquant, nous nous rendons souvent compte que notre esprit ne reste pas présent, il vagabonde sans cesse. Telle est la première découverte que fait tout pratiquant. Dans certaines écoles, on parle alors de « voir la cascade ». Cette expérience irrite, déçoit et décourage de nombreux pratiquants. Or ce n’est pas du tout un problème, mais le signe que nous commençons à pratiquer pour de bon. C’est uniquement parce que notre esprit est plus calme que nous voyons mieux le déchaînement des pensées. La pratique ne consiste pas à refuser les pensées qui surviennent, mais à les reconnaître, puis à les laisser aller pour revenir au présent.

Nous pensons, sans l’avoir décidé, à quelque chose qui n’a rien à voir avec la situation : nous nous imaginons en train de passer un coup de téléphone, d’essayer de faire des crêpes… Comme il est difficile d’être simplement présent à ce qui est !

Cela n’a aucune importance. Revenons juste à notre posture et à la respiration. Revenons à la réalité du moment présent.

©
Centre de méditation