Articles

du haïku au pop – la forme est beat

Du bouddhisme mahayana, les Beat retinrent : la compassion comme fraternité, la méditation comme approche du silence, la relative réalité du monde comme un émerveillement. Et ils accueillirent la notion du vide ultime sur lequel repose toute manifestation, avec la joie du forçat qui voit s’écrouler les murs de sa prison.
Tableau de Roman Kochanowski montrant un paysage nocturne.

haïku – la forme est libre

De tous temps le bouddhisme (autrement dit : la pratique de la méditation étendue à toute une société) a coïncidé avec le génie poétique du sol qui l’accueillait. Mais nulle part ailleurs peut-être cette rencontre entre méditation et poésie n’a été aussi originale, féconde et belle que dans le Japon du treize au dix-huitième siècle.