Un cadre à définir

Photo de la couverture du livre "Méditer avec les enfants" de Clarisse Gardet, intervenante à l'École occidentale de méditation, fondée par Fabrice Midal
Lors d’une séance de méditation avec des enfants, la position de l’adulte est double. En effet il est indispensable qu’il participe en pratiquant lui-même avec les enfants et n’adopte pas une posture de supériorité hiérarchique. À la fois organisateur et participant, il doit trouver le ton et l’attitude justes. Dans le cas des parents avec leurs enfants, des enseignants avec leurs élèves ou des animateurs avec leur groupe, c’est une gageure.
L’enjeu pour l’adulte est de créer et d’entretenir un cadre pour transmettre la méditation et la laisser œuvrer. En assumant de faire son propre chemin, tout comme l’enfant, en explorant et découvrant la pratique, sans préjuger de ce qu’il advient. En préservant l’autorité qu’il représente et exerce naturellement, principe qui structure et rassure l’enfant. En ne se laissant pas influencer par le comportement habituel de l’enfant – s’il est dissipé par exemple –, et dans le cas des enseignants, par l’image de l’élève, construite à partir de son attitude en classe et de ses capacités scolaires.
Pour cela, un cadre est à définir hors de celui des modes éducatifs habituels ou de celui de l’enseignement théorique.
À chacun de l’inventer car chaque situation est unique et différente.
C’est votre intuition qui vous dictera la façon d’agir la plus adaptée, que vous soyez seul avec un enfant, en groupe, en classe ou en famille.
Extrait de l’ouvrage “Méditer avec les enfants” Livre de Poche.
Clarisse Gardet 
Paris
0 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *