Improbable instant de joie

Photo d'un arc-en-ciel dans un ciel gris
Mon dernier trajet en tramway m’a offert un cadeau inattendu. Un passager est entré dans le tram en chaise-roulante. Tout tordu dans son fauteuil, tressautant de mouvements incontrôlés, maigre et le crâne rasé, il fait peine à voir.

Je me dis que son existence ne doit pas être bien facile.
A un moment donné, sa tête se tourne dans ma direction et je peux voir un beau regard bleu. Puis l’homme manœuvre sa chaise électrique, s’approche  de la porte, et se met à siffloter un petit air joyeux en attendant le prochain arrêt. Toute la lourdeur de la situation s’envole, la gaieté de cet homme est communicative, et je sens un vent de joie légère parcourir le tram et toucher tous les passagers.
Je reçois ce vent de gaieté comme un cadeau espiègle, un rappel que des jambes pour marcher ne garantissent pas notre bonheur.
Pour se sentir vivant, il faut se donner le temps de célébrer la vie; méditer,  juste être assis en silence, goûter notre présence corporelle, sentir le mouvement de notre respiration, c’est une célébration de la vie qui, quels que soient nos douleurs et nos soucis, peut nous donner un joie profonde.

Dominique Sauthier

Genève
0 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *