Viens, assieds-toi !

Photo d'une rue de Bruxelles, la nuit

Il est des moments troublés dans la vie où l’on tourne autour de son coussin de méditation, il nous fait de l’œil, nous dit “viens, assieds-toi !” et pourtant quelque chose résiste.

Un jour passe et puis deux et trois.

Il y a toujours mille bonnes raisons de ne pas y aller. Trop occupés, trop fatigués, trop, trop, trop…

Ou, parfois, la confusion des jours semble simplement plus confortable.

Et pourtant…

S’asseoir, c’est s’astreindre au « reality check », avec courage.
Et puis, une fois posé, quelque chose d’un soulagement diffus se fait sentir.

L’astreinte se transforme alors en un geste de profonde bienveillance pour l’être que nous sommes, tel qu’il est, avec ses envolées et ses failles.

Il existe un lieu où rien d’autre n’est demandé que respirer et être là.

Et c’est bon.

Marine Manouvrier
Bruxelles

9 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire