L’effet des stages de méditation sur une communauté de pratiquants

Photo de pratiquants méditant pendant un stage de l'École occidentale de méditation

Voilà 5 ans que l’antenne de l’École à Bruxelles existe, 5 ans que nous y accueillons deux mercredis par mois et régulièrement les dimanches des pratiquants désirant découvrir ou approfondir la pratique. Au départ, notre petite communauté a dû s’établir et, du point de vue de celle qui transmet la pratique, j’avais souvent l’impression que nous étions un navire qui affrontait les flots, avec courage certes, mais qui était tout de même à la merci du moindre souffle de vent qui passe. Nous n’étions, en tant que communauté, pas vraiment posés, tout occupés à la construction de celle-ci.


Au fur et à mesure des mois et des années, des pratiquants épisodiques sont devenus réguliers, des volontaires sont apparus, quelque chose était en train de se former mais, toujours du point de vue de l’estrade, nous étions encore en recherche d’une tenue collective, d’un sol sur lequel nous établir plus solidement.

Un véritable tournant


C’est à ce moment là que la voie des stages de méditation s’est ouverte à l’École. Et les membres et pratiquants réguliers ont commencé à s’y engager. Cela a été un véritable tournant dans la fondation de la pratique de la communauté bruxelloise.
A leur retour, il était évident que quelque chose avait changé dans leur pratique et dans leur existence, quelque chose s’était posé. Difficile à décrire sans se substituer à l’expérience d’autrui mais, depuis ma perspective, je voyais soudain quelques arbres bien ancrés dans le bosquet de pratiquants. Ils ont commencé à témoigner de comment le cadre posé par le stage les avait aidé à entrer dans la pratique, comment les moments de partage, les groupes d’études, la chaleur et l’attention de l’équipe, avaient contribué à faire de ces 5 jours une aventure marquante de leur existence.

Ainsi, aujourd’hui, même les nouveaux venus dans l’École bénéficient de la coque solide qu’offrent par leur pratique les membres qui sont partis en stage. Voilà que, lorsque nous pratiquons le mercredi soir, nous sommes maintenant bien établis ensemble dans notre belle salle et prêts à explorer tout ce qui apparait durant la pratique. La pratique a pris du poids, elle est solide et plus ancrée.

Un engagement authentique


La méditation ne peut se contenter d’un rapport épisodique ou superficiel à elle. A un moment, si l’on désire qu’elle nous offre tous ses fruits, il faut y plonger la tête la première. Partir en stage, c’est décider d’y sauter à pieds joints, mais pas n’importe comment. C’est d’ailleurs tout le sens de l’École où nous sommes accompagnés tout le long du chemin par tous ceux qui l’arpentent dans un cadre étudié au millimètre près pour que l’expérience puisse se donner au pratiquant. Et, en discutant autour du verre de l’amitié avec ceux qui hésitent encore un peu, les membres témoignent aussi de la joie de rencontrer plus longuement d’autres pratiquants et du sentiment palpable de grossir les rangs de tous ceux qui ont reconnu que la méditation était une manière de s’engager profondément dans son existence et dans le monde.

Marine Manouvrier

Bruxelles

0 commentaires

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *