Méditation et regard

Photo d'une séance de méditation guidée, avec Clarisse Gardet, intervenante au sein de l'École occidentale de méditation, fondée par Fabrice Midal, assise de trois quart et une douzaine de participants assis en demi-cercle en face d'elle
J’ai eu la chance d’être invitée à participer à l’édition 2016 de Monumenta au Grand Palais. Au cours de ces trois soirées, j’ai proposé une visite à « deux voix »: des temps de méditation guidées ponctuent la visite guidée par une conférencière, pour faire l’expérience d’être pleinement présent, et ainsi de mieux s’ouvrir à l’œuvre, avec un regard différent.
Dans la nef de cet imposant bâtiment historique j’ai ainsi pu expérimenter, une fois de plus, à quel point se disposer, dans un silence juste et bon, à mieux regarder, à mieux voir, à mieux sentir, est un cadeau à la portée de tous. S’asseoir quelques instants, prendre soin de toutes nos perceptions, s’ouvrir à la situation permet d’être plus vivant et plus ouvert à ce qui nous entoure… Et quand il s’agit d’œuvres d’art “monumentales” le plaisir est décuplé !
Voici le mail que j’ai reçu hier d’un des visiteurs :
“Vous avez réussi à nous amener à “faire l’expérience de l’expérience ” avec une délicatesse remarquable;  je pense que sans vous nous serions passés complètement à coté !!! C’est une idée géniale que d’introduire la méditation au grand public par le biais de l’Art (et particulièrement l’Art contemporain). C’est vraiment prendre conscience de notre attachement à ce qui est connu et de s’en libérer  pour accueillir ” autre chose ” .  Cela change de la réaction habituelle « j’aime ou je n’aime pas » pour pouvoir entrer pleinement dans l’œuvre de l’artiste et peut-être, pourquoi pas… commencer à l’appliquer dans sa vie quotidienne…”
Monumenta existe depuis 2007. Chaque année des artistes contemporains de renommée internationale sont invités à concevoir une œuvre à la dimension de la nef du Grand Palais. Succédant à Anselm Kiefer, Richard Serra, Christian Boltanski, Anish Kapoor, Daniel Buren et Ilya et Emilia Kabakov, c’est Huang Yong Ping qui a relevé le défi cette année, pour la septième édition.
Clarisse Gardet
Paris
2 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *