Ni manuel, ni protocole

Photo de pratiquants de l'École occidentale de méditation, fondée par Fabrice Midal, prise lors d'un grand évènement de la communauté
À chaque fois que je m’assieds, je pars à l’aventure. Il y a un sens d’allant et de curiosité qui me font asseoir sur le coussin.
Le temps de la pratique, je peux complètement m’autoriser à être, avec les peurs qui m’assaillent, les moments blancs où rien ne se passe, ceux où mon esprit poursuit son petit bonhomme de chemin sans revenir à la présence pendant de longues minutes.

Tout cela n’est ni bien ni mal, c’est.

Dans ce cadre, dans cette posture, s’ouvre un espace où la rencontre est possible. Parfois, ce sera la rencontre avec mon corps vivant et changeant, parfois la rencontre avec ce flux de pensées qui émergent, grossissent et disparaissent, parfois la rencontre de l’oiseau qui fait vibrer la présence de son chant annonçant le printemps.

Il n’y a ni geste machinal, ni protocole, ni manuel à suivre.

Cela peut être déroutant car dans la pratique nous avons à nous frayer seul la route qui nous est propre, mais c’est justement en cela que la méditation est un chemin de liberté.

Et puis la grande joie, c’est – hors méditation – le partage de cette expérience avec nos compagnons de route !

Marine Manouvrier
Bruxelles

0 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire