Articles

Photo du tableau "L'or de l'azur" (1967) de Miró

Les Quatre forces guident ma pratique

Ce matin, la pratique s’est révélée sous un jour nouveau. Fabrice Midal nous invite a pratiquer la méditation en nous laissant guider par « quatre forces » et celles-ci m’accompagnent. La première force, l’écoute, me parle assez spontanément et pourtant de jour en jour, je remarque que souvent, j’ai tendance à m’échapper. Ce n’est pas si facile d’entrer réellement dans une écoute nuancée et vraiment en lien avec les sons qui me parviennent.
Image de la peinture "Homme debout, les bras étendus", de Cézanne

Rencontre avec un kinésithérapeute, enseignant en méditation

La méditation n’est pas une gymnastique, elle n’est pas une affaire de posture à réussir, elle est un juste retour au corps, elle redonne droit au corps, elle nous aide à découvrir que nous pouvons nous confier au corps que nous avons, même s’il n’est parfait, même quand il est malade ou vieillissant.
Image de pavés gris entourés de gazon

De rêveries en rappels du réel

Il y a quelques semaines, au retour de vacances en Asie avec mon fils, j’ai fait l’étrange expérience de me sentir tout-à-fait ailleurs pendant plusieurs longs jours. Il me semblait qu’un peu de moi était resté là-bas. J’avançais dans une absence un peu flottante. Cet entre-deux n’était pas désagréable jusqu’à ce que la réalité se rappelle à moi.
Photo de Shunryu Suzuki, en posture de méditation

Le sens naturel et ordinaire de la posture

Pour entrer en rapport à la présence, il y a un moyen tout simple, à portée de main, c’est de prendre appui sur le corps. Le corps est un moyen tout à fait privilégié, incontournable même, pour cultiver le sens de présence. C’est certes très simple, mais pas si évident pour nombre d’entre nous. Et pour cause, dans la vie, parfois, le corps n’en fait qu’à sa tête. Nous ne lui portons pas d’égard.
Détail d'un tableau : pommes sur une table

Regarder, voir

Tous nous avons des yeux, peu voient. Voir, en un premier sens, c’est voir ce qui est là devant. Je vois des pêches  dans le panier… Tous le monde voit ainsi. Or, ce n’est pas ainsi que l’on est voyant. Peintre de pommes, Cézanne, manifestement est un voyant. Il voit de l’invisible, un très étrange invisible, ne demandant qu’à être vu…. Comment parler de cet invisible?
Tableau d'Henri Matisse intitulé "Porte ouverte en Bretagne".

Corps où es-tu ?

« Mais en fait, méditer, c’est synchroniser le corps et l’esprit » dit un de mes patients, à la dernière séance d’une session de pratique à la clinique où je travaille. Je suis frappée de la pertinence de cette remarque, résumant avec une acuité déconcertante l’expérience même de la pratique. Mon coeur bondit et je ne peux qu’applaudir. Réellement. D’autant plus que ces mots reprennent une expression de Chögyam Trungpa lui-même.. quel étonnant hasard !
Tableau du Caravage datant de 1605-1606 représentant Saint Jérôme écrivant.

Un corps pensant !

Tel est le Saint Jérôme écrivant de Caravage ! Si vous voulez avoir sous les yeux ce que signifie la synchronisation du corps et de l’esprit préconisée par Chögyam Trungpa, allez vite voir ce tableau au Musée Jacquemart-André ! Saint Jérôme est le saint patron des traducteurs, celui à qui l’on doit la Vulgate, c’est-à-dire la traduction de la Bible en latin, à partir du Grec et de l’Hébreu.
Dessin de l'oiseau bip bip poursuivi par le coyote.

L’accord du corps et de l’esprit

Lorsque nous méditons, nous posons notre corps dans le silence et l’immobilité et permettons ainsi à notre esprit de (parfois) ralentir. Nous pouvons ainsi voir les moments où nous sommes complètement partis dans nos pensées et les moments où nous revenons là où nous sommes, comme nous sommes.
Photographie d'une sculpture d'Alberto Giacometti représentant un buste d'homme assis.

Le "ne rien faire" du corps

Longtemps, j’ai pratiqué comme une bonne écolière, soucieuse de tout faire parfaitement bien, suivre les points de la posture, le souffle, hop le bonjour ! Puis, la pratique infusant ma vie, je me suis sentie plus libre (un peu) de manière…