Sérendipité : les découvertes inattendues de la méditation

Carte d’Amérique, avec les représentations de Christophe Colomb, Amerigo Vespucci, Fernand de Magellan et Francisco Pissarro, estampe, 1566

Il y a des journées parfaites :

Ce matin, j’ai découvert un nouveau mot : « la sérendipité ».

La rencontre d’un nouveau terme est toujours un cadeau, et réveille en moi l’envie de l’utiliser comme on essaierait un nouveau bijou.

Cet après midi, Sandrine, une jeune femme qui vient pratiquer la méditation depuis quelques semaines à la maison, me rejoint pour un partage . Cette femme est très touchante, très sincère. J’aime beaucoup discuter avec elle car elle questionne comme quelqu’un qui ne triche pas. Et aujourd’hui, elle me témoigne d’une inquiétude : elle sent bien qu’au fil des semaines, la méditation change quelque chose en elle, et ça l’inquiète tout autant que ça lui plaît

Le propre du vivant n’est il pas le mouvement ?

S’en suit une discussion très intéressante sur notre peur de changer, et sur ce paradoxe qui nous étreint : nous paniquons à l’idée d’un changement, et en même temps, bien souvent nous désespérons de ne pas changer… Dans la douceur de l’après midi, nous sommes même arrivées à rire du fantasme que serait une vie sans changement. Le propre du vivant n’est il pas le mouvement ? La vieillesse étant le plus implacable…

Sandrine m’a donné l’occasion de partager ce que j’avais appris le matin même : 

Dans son excellent livre, Les vertus de l’Echec, Charles Pépin parle de sérendipité , et le définit comme cette capacité à trouver ce que nous ne cherchions pas. Il donne l’exemple de Christophe Colomb, qui part chercher un raccourci à la route des Indes, et qui finit par découvrir l’Amérique. 

Ce qui m’a tant réjoui dans la découverte de ce nouveau terme, c’est qu’il définit parfaitement  ce qui se passe dans le processus méditatif.

Lorsqu’on pratique la Méditation, on part souvent avec de nombreuses idées préconçues  sur la façon dont elle va nous transformer. Parfois comme Sandrine, nous craignons de nous laisser influencer malgré nous, nous voulons garder le contrôle. Nous avons, plus ou moins secrètement, un projet personnel, une idée de « où ça pourrait, où ça devrait nous mener » (vers plus de sagesse, plus de self contrôle, plus de calme…).

La méditation nous transforme à des endroits que nous n’avions même pas soupçonnés

Mais si on pratique sincèrement, on se rend bien vite compte que la méditation œuvre à un tout autre niveau, qu’elle nous transforme, par sérendipité, à des endroits que nous n’avions même pas soupçonnés.

Finalement, nous sommes exactement comme Christophe Colomb. Nous cherchons des raccourcis, mais la pratique de la méditation risque fort de nous emmener vers des continents plus vastes que ce que nous avions pu imaginer … Nous allons doucement, mais sûrement, chacun à notre façon, découvrir notre Amérique !!

Sylvie Dubreuil

Limoges

1 commentaire

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *