Jamais content

Image tiré de la bande dessinée Père Castor, représentant des animaux de basse-cour avec en titre "Le jamais content !"
J’ai souvent été insatisfait.
Quand j’étais petit on me disait que je n’étais jamais content.
Aujourd’hui encore j’ai fréquemment l’impression de ne pas être là où il faudrait que je sois. Quand je suis au travail je pense que je préférerais être à un séminaire de méditation. Quand je passe quelques jours de vacances en famille, je finis par m’ennuyer et lorsque je pars pour un séminaire de l’École occidentale de méditation, au bout de quelques jours ma famille me manque.
Rien n’est définitif, tout peut se transformer. Même ce qui m’a collé à la peau comme une étiquette, ce « jamais content » peut s’évanouir comme un parfum dont on s’étonne de ne plus retrouver la sensation.
Quand parfois je reste assis longtemps sur mon coussin de méditation et que je me rends compte que j’ai apprécié ce moment, je vois que je peux tout apprécier dans la vie.
La semaine dernière  j’étais en voyage pour mon travail. Ce déplacement était prévu depuis plusieurs mois. Je l’appréhendais un peu parce que je savais que le voyage en avion avec correspondance allait être long, et qu’ensuite, une fois sur place ce qui m’attendait c’était trois jours très intensifs où il allait falloir être concentré du matin très tôt jusqu’au soir très tard. Dans ces conditions, la fatigue est telle que je ne peux pratiquer la méditation que quelques minutes avant de me coucher le soir dans ma chambre d’hôtel.
Et bien chose incroyable je me suis surpris à apprécier de passer ces quelques jours avec mes collègues de travail et à vivre pleinement l’intensité des échanges et des réunions. J’avais le sentiment d’être là où il fallait que je sois et je me souviens avoir pensé que là où j’étais c’était là où c’était le plus important d’être.
Oubliée la famille, oubliée même la méditation. Pour une fois j’étais au centre de ma vie. Je peux dire que pour une fois, je me foutais la paix.
Xavier Ripoche
Paris
0 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire