Oser se rencontrer

Fabrice Midal enseignant aux participants du séminaire sur Narcisse

Un livre nous donne à penser, à réfléchir, à méditer. Un séminaire est une expérience qui nous transforme d’une toute autre manière. Je sens que pour ma part cette transformation continue à se faire quelques semaines après la fin du séminaire « Narcisse, un modèle pour notre XXIe siècle » qui a eu lieu en avril dernier. Les paroles que j’y ai entendues résonnent encore en moi aujourd’hui.

 

 

Trop individualistes ?

Après avoir lu le livre de Fabrice Midal « Sauvez votre peau ! Devenez narcissique » et participé au séminaire sur ce thème, ce qui m’apparaît flagrant c’est à quel point ce qu’on pense habituellement ; qu’on serait trop narcissique, trop égoïste, qu’il faudrait plutôt penser aux autres avant de penser à soi, être altruiste comme on dit, est une formidable idée reçue qu’il y a lieu de remettre en question.

Quand on y regarde de plus près on voit à quel point cette idée qui nous semble si évidente au premier abord est loin de correspondre à la réalité de notre temps. On se croit individualiste. L’est-on vraiment ? On pense qu’on s’aime trop. Ne souffrons-nous pas au contraire d’un manque d’amour chronique de nous-mêmes, n’avons-nous pas besoin au contraire de nous détendre dans ce que nous sommes pour pouvoir nous ouvrir véritablement aux autres ?

Se rencontrer, regarder son reflet

Fabrice Midal invite au travers du mythe de Narcisse à une vraie rencontre avec soi, une rencontre pas si facile que cela, car s’aimer demande de s’apprivoiser, de ne pas regarder nos étrangetés comme des défauts qu’il faudrait supprimer, mais plutôt comme des énigmes qui font partie de notre style propre et derrière lesquelles se cache peut-être une fleur. Il y a quelque chose en nous qui peut éclore ; c’est ce que nous enseigne le mythe.

J’ai en mémoire la reproduction du tableau de Caravage qui nous a accompagnés durant ce séminaire, où l’innocence et la douceur de Narcisse découvrant son reflet étaient palpables. On était loin de l’idée répandue selon laquelle être narcissique, ce serait tomber amoureux d’une image qui ne correspond pas à la réalité de ce que nous sommes et où on se perdrait.

Lorsque je pratique la méditation, je suis narcissique. J’ose regarder mon reflet dans le grand miroir qu’est la méditation, je me risque à voir ce que d’habitude je recouvre, ce qui me terrorise. Je laisse la métamorphose opérer, je me laisse mourir et renaître à chaque instant.

 

Xavier Ripoche

Paris

0 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *