Un travail solitaire : Cézanne

Dessin de Cézanne à l'aquarelle montrant la montagne Sainte-Victoire

Absolument seuls…

 
Il y a un paradoxe dans le chemin de la méditation.
C’est un chemin solitaire mais pour pouvoir l’emprunter nous avons besoin des autres.  Besoin de la communauté, des enseignements, des échanges avec nos semblables, qui rendent le chemin réel.
Pourquoi est-ce solitaire ?
Parce qu’il s’agit de nous seul, de notre expérience unique, de notre rapport intime et personnel à tout – à la vie, à la mort, aux autres , au monde…  à absolument tout.
 
Dans la méditation, il y a des repères pour cheminer mais il n’y a que nous qui pouvons savoir – personne ne saura nous « évaluer » de l’extérieur .
Nous sommes absolument seuls avec nous-même.
 

Cézanne

 
Je porte un amour sans limite au peintre Cézanne.
Je trouve que son œuvre nous enseigne l’union de la rigueur et du principe d’incertitude.
 
Rainer Maria Rilke découvre l’œuvre de Cézanne en 1907, à Paris, lors de la rétrospective du Salon d’automne organisée un an après la mort du peintre. Il en fut bouleversé et en témoigne dans ses lettres à Clara.
Rilke voit le changement qui a amené Cézanne, face au motif, à se dépouiller de tout ce qui l’éloignait de ne plus rien faire que d’être attentif .
Puis il s’est trouvé face à l’inconnu.
Dans une excessive sincérité, si des parties de sa toile étaient restées nues au cours de son travail, il les laissait telles.
 
Rilke décrit ainsi la démarche de Cézanne :
« Ce travail ne montrait plus le moindre parti pris, plus la moindre inclinaison, ni aucune des facilités qui sont des habitudes d’enfants gâtés, ce travail dont le plus petit fragment était mis à l’épreuve de cette balance qui est une conscience infiniment sensible. Ce travail réduisait quelque chose d’étant à sa densité en couleur et cela avec tant de probité que ce quelque chose entamait une nouvelle existence dans un au-delà de la couleur, sans plus y garder aucun souvenir d’une existence antérieure. »
 
Elisabeth Larivière
Paris
0 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire