Les ombres sans consistance de nos opinions

Photo d'intérieur avec des bandes de couleur sur un mur
Il m’arrive de découvrir, quand je parle avec un ami, que je ne l’écoute pas vraiment. J’imagine que j’écoute avec attention ce qu’il me dit, mais en réalité je suis ma propre idée et ne quitte pas ma façon de voir les choses.  Et même, l’écouter  pourrait me conforter dans ma position.
Avoir une véritable écoute est en réalité très difficile. Il ne s’agit pas seulement d’écouter avec attention, de suivre le fil de la parole, des phrases, et d’en comprendre le sens, mais avant tout de se déprendre de sa propre opinion. Écouter sans à priori, sans le moindre accrochement, sans cette petite voix qui en arrière-fond commente, compare, se rassure qu’elle a bien raison de penser ce qu’elle pense, c’est en réalité la seule possibilité d’une vraie rencontre, d’une rencontre qui nous transforme.

Cette entière disponibilité, cette transparence, c’est celle que nous apprenons quand nous méditons : nous sommes attentifs à notre souffle, nous l’accueillons et le laissons être comme il est. Et nous voyons et laissons passer comme des ombres sans consistance ces opinions qui obscurcissent notre disponibilité à ce qui est.

Dominique Sauthier

Genève

0 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire