Où allons-nous ?

Dans notre monde, nous sommes souvent sommés d’aller de l’avant et d’aller vite. Le modèle de notre époque c’est d’être un super-héros. J’entendais hier à la radio que dans la catastrophe écologique que nous vivons, il faudrait que les chercheurs et les ingénieurs en agronomie aillent encore plus vite pour proposer très rapidement des solutions innovantes alternatives aux pesticides. On se rend compte que quelque chose ne tourne pas rond dans notre modèle économique, et l’une des conclusions c’est qu’il faudrait avancer encore plus vite, comme pour rattraper la machine que nous avons construite et qui s’est emballée.

Un monde de super-héros

Je connais quelques super-héros dans mon cadre professionnel et j’avoue que certains sont vraiment impressionnants, admirables parfois. Ils sont entièrement dévoués à leur travail, infatigables, motivés. Ils ne doutent de rien.

L’une des choses qui m’étonne pourtant c’est qu’ils semblent aller toujours dans une même direction. Ils avancent droit devant eux, ils progressent c’est clair ! Ils se sentent sûrement plus forts qu’auparavant. Leurs diverses expériences professionnelles les ont enrichis. Ils sont rompus aux techniques de management, aux exercices budgétaires annuels, savent comment élaborer une stratégie, communiquer sur un projet. Ils ont su se débrouiller dans nombre de situations conflictuelles. Ils ont acquis une forme de sagesse.

Mais où vont-ils ?

Mais alors que leur manque-t-il ? Ce qui leur manque peut-être, qu’ils auraient une chance d’apercevoir s’ils s’arrêtaient un instant, c’est de faire un pas de côté. Depuis leurs études (études scientifiques, forcément !) ils n’ont vraisemblablement pas eu beaucoup d’occasions d’ouvrir un livre de poésie ou de philosophie. Leur voie semble toute tracée depuis leur jeunesse. Mais où vont-ils ? Le savent-ils eux même ? Sont-ils en contact avec leur vrai désir ?

C’est alors que je me rends compte la chance que j’ai de ne pas être un super-héros, la chance que j’ai d’avoir rencontré la méditation pour éviter de foncer dans le mur. Méditer c’est accepter d’être un être humain, renoncer à l’idée de vouloir être un super-héros qui balaie tous les obstacles sans manifester la moindre peur. C’est parfois faire un pas en arrière et renouer avec un passé douloureux que nous avions voulu enterrer. C’est rencontrer nos failles, nos ombres. C’est avancer en faisant des pas de côté, arrêter de vouloir être sage, retrouver nos vrais désirs.


Xavier Ripoche

Paris

1 commentaire

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *