Où que j’aille, c’est moi que je rencontre !

Photo d'une femme, de dos, regardant un tableau
Plus on pratique, plus il est difficile de faire abstraction de soi, de faire semblant de ne pas se connaître !
Tant que nous sommes sans cesse occupés par le travail, les distractions, le bruit, nous pouvons oublier qui nous sommes, et même que nous sommes.
Mais les moments de silence nous remettent face à nous-mêmes et alors, il faut bien commencer à se regarder… à faire connaissance avec soi-même… avec ce que nous avons d’unique et avec ce qui nous rapproche tant des autres aussi…
Cette rencontre avec soi est ainsi décrite par Hadrien France-Lanord dans son livre S’ouvrir en l’amitié (Éditions du Grand Est) :
« La solitude est ce rassemblement sur ce que chacun a de plus unique. Grâce à lui, je peux aller vers une vraie rencontre avec autrui. Sans ce rassemblement, on est dans un rapport où personne n’est soi – où personne n’est jamais personne. »
Passer de l’étranger au familier, pour éviter que personne ne soit jamais personne, voilà un des précieux fruits de la pratique de la méditation.

Marie-Laurence Cattoire
Paris

0 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *