Articles

Image d'un équilibriste marchant sur un fil, dans un paysage bleu de ciel et de mer

Sur le fil

Pourquoi pratique-t-on ? Pourquoi marche-t-on depuis le sommet d’un immeuble à un autre? Peut-être par goût de l’aventure, ou bien par habitude. Le premier pas n’est pas le plus difficile. C’est au milieu, que tout bouge. Mon esprit revient à lui, et que voit-il? Lui-même. Un miroir se dresse face à nous. Comment avancer? C’est bien ce qu’il se passe, sur le coussin de méditation. Je m’absente, pars dans mes pensées, puis suis rappelé. Je puis faire du mauvais esprit, faire semblant de n’avoir rien vu, ou bien juste ne pas me donner la possibilité d’être intéressé par ce retour, et repartir aussitôt.
Peinture représentant une femme âgée de dos, assise, dévêtue, la tête de profil à gauche

Notre élégance propre

L’élégance. Qu’est-ce que l’élégance? Ce mot a longtemps été pour moi un mystère. C’est-à-dire que j’avais appris, lors de mon enfance et adolescence, que l’élégance avait à voir avec de belles grandes jeunes femmes, élancées, qui portent de belles robes, qui défilent idéalement sur un tapis rouge ou pour un défilé de mode. Bref, pour moi, jeune fille qui adorait courir dans les champs, passait son temps avec des chevaux et avait horreur des robes, l’élégance était une chose étrangère, avec laquelle je n’avais rien à faire.
Photo des verrières du Musée d'art moderne du Luxembourg,

« Le Temps coudé » : une exposition éclairant le lien entre art et méditation

En entrant dans le très grand hall du musée du MUDAM à Luxembourg, le temps change de densité. Nous sommes enveloppés tout de suite par l’espace baigné de lumière tombant de la verrière. Il est si ouvert que tout mon corps cherche son équilibre et est presque pris de vertige. En tous les cas cette architecture vaste et très géométrique crée une situation à elle toute seule. Des sons nous parviennent des différentes salles qui s’ouvrent tout autour et l’exposition de Anri Sala nous invite déjà à nous abandonner à la magie de cette rencontre. Chacune de ces salles accueille une œuvre ample qui nous absorbe complètement et nous emporte.

Une attention précise qui ouvre l’espace

Au musée du Capitole à Rome, j’ai été saisie par la présence rayonnante de la sculpture en bronze du « Spinario », œuvre du cinquième siècle avant J.C. qui trône en plein centre d’une grande salle, posée sur son piédestal.
Tableau de Joan Miró intitulé "Constellation chant du rossignol à minuit et la pluie matinale" et datant de 1940.

Quelques impressions de retraite

En retraite de méditation pour quelques jours, les conditions étaient propices pour partir en éclaireur. Voici donc quelques impressions de pratique qui témoignent d’une expérience que nous faisons tous sur le coussin...
Dessin de l'oiseau bip bip poursuivi par le coyote.

L’accord du corps et de l’esprit

Lorsque nous méditons, nous posons notre corps dans le silence et l’immobilité et permettons ainsi à notre esprit de (parfois) ralentir. Nous pouvons ainsi voir les moments où nous sommes complètement partis dans nos pensées et les moments où nous revenons là où nous sommes, comme nous sommes.
Idéogrammes chinois

Les empreintes

Lors des stages de méditation nous avons de nombreuses méditations en marchant. Je les apprécie beaucoup pour plusieurs raisons : se lever en silence, se chausser en silence, regarder, puis marcher en suivant le rythme de la personne qui guide, marcher sans avoir à se préoccuper de trouver le chemin, juste être très attentif à tout.
Photographie montrant, disposés sur une table, une théière, une tasse de thé, une grappe de raisins sur un plateau et le livre "Être là".

À lire sur la méditation : "Être là"

Il y a quelques mois, en visite chez un bon ami, j’étais déjà sur le départ, déjà ailleurs quand deux mots, sur la couverture d’un livre, m’ont arrêtée : d’une belle et grande écriture manuscrite, deux mots « être là » étaient inscrits à l’encre bleu des mers du Sud. En l’ouvrant, j’ai découvert qu’il s’agissait d’un livre collectif, initié et orchestré par Marc Gally.
Couverture du livre Cerveau et méditation de Mathieu Ricard et Wolf Singer

Méditation et science : l’expérience du sursaut

Dans le livre « Cerveau et méditation. Dialogue entre le bouddhisme et les neurosciences » Mathieu Ricard et Wolf Singer tentent de faire des liens entre la méditation et les neurosciences. C’est un livre que j’ai trouvé assez accessible. Les auteurs ont me semble-t-il réussi à confronter leurs points de vue dans un dialogue enrichissant et sans position dogmatique de part et d’autre.