L’accord du corps et de l’esprit

Dessin de l'oiseau bip bip poursuivi par le coyote.

Lorsque nous méditons, nous posons notre corps dans le silence et l’immobilité et permettons ainsi à notre esprit de (parfois) ralentir. Nous pouvons ainsi voir les moments où nous sommes complètement partis dans nos pensées et les moments où nous revenons là où nous sommes, comme nous sommes.
Nous cultivons un sens de présence. Lorsque nous sommes présents, notre corps et notre esprit sont synchronisés, ou pour le dire plus joliment, notre corps et notre esprit sont bien accordés.
Pratiquer la méditation nous permet de voir plus clairement dans notre vie les moments où corps et esprit se chamaillent.

Demain, je m’y mets !

Par exemple, prenons la procrastination (une de mes grandes spécialités). Wikipédia nous dit : « La procrastination est une tendance à remettre systématiquement au lendemain des actions. Le « retardataire chronique », appelé procrastinateur, n’arrive pas à se « mettre au travail », surtout lorsque cela ne lui procure pas de satisfaction immédiate. »
Notre esprit sait que l’on a quelque chose à faire mais il n’a pas du tout, alors là pas du tout, envie de le faire. Il se barre vers autre chose et comme il est très malin, il entraîne le corps dans le mouvement. Et on se retrouve à surfer sur le Web pendant deux heures.

L’intelligence du corps

Mais notre corps lui, sait…. On a l’impression de s’amuser, de bien se distraire, mais une certaine lourdeur s’installe dans le corps. L’esprit dit à toute allure « mais non, mais non ! » mais on ressent une tension, un poids ou une crispation dans le ventre. On est mal, notre corps est mal…
A force de cultiver la présence sur le coussin, nous devenons plus sensible aux mouvements de notre esprit et aux messages de notre corps.

Et parfois, du coup, c’est le corps qui ramène l’esprit, dans un claquement de doigt : « Hop, au boulot ! Il faut s’y coller ! » Et lorsque enfin on y est, on peut sentir une détente mêlée de légèreté liée à l’accord de notre corps et de notre esprit.
Tout le monde est content. Le corps et l’esprit sont contents de se retrouver, en bons copains, bien synchrones, et l’entièreté de notre être est content d’être au travail, dans ce qui, au fond, l’appelait.

 

Anne Vignau

Saint Gratien

2 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *