L’ennui

Photo en gros plan d'une lettre posée en partie sur un cahier à fleur, à plat sur un bureau deviné
 Pour le penseur, et pour tous les esprits inventifs, l’ennui est ce désagréable “temps calme” de l’âme qui précède la traversée heureuse et les vents joyeux ; il doit le supporter, il doit attendre qu’il produise son effet sur lui.
Cette phrase tiré du Gai Savoir de Nietzsche me paraît une définition lumineuse de la méditation.
La méditation n’est pas toujours une partie de plaisir ou un moment agréable, elle permet de faire surgir cet état d’ennui, que nous fuyons habilement la plupart du temps…
Ce précieux ennui est pourtant bien le signe que l’espace s’ouvre pour accueillir la “traversée heureuse” des événements quotidiens.
Cet ennui aère notre manière habituelle de voir les choses, il desserre l’étau qui nous enserre sans que nous y prenions attention et, par là, permet un souffle de joie sur notre vie.
Marie-Laurence Cattoire
Paris
 
0 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire