Oser sans détenir de certitudes

Photo de "La voie du Chevalier", un livre de Fabrice Midal, fondateur de l'École occidentale de méditation

Par l’intermédiaire de l’école occidentale de méditation, j’ai pu apprivoiser les mots de certains poètes et comprendre qu’ils avaient quelque chose à nous dire sur comment se positionner comme un chevalier dans notre monde moderne.

René Char est l’un d’entre eux.

Par ses textes et par la façon dont il incarnait sa poésie dans sa vie concrète, il a montré un chemin pour s’engager entièrement dans son existence.

Dans les Feuillets d’Hypnos il parle d’un être tenu par « la résistance d’un humaniste conscient de ses devoirs, discret sur ses vertus, désirant réserver l’inaccessible champ libre à la fantaisie de ses soleils et décidé à payer le prix pour cela »

Il s’agit, selon lui, de payer le prix de la lucidité, « la blessure la plus rapprochée du soleil ».

René Char a su soutenir cette blessure et comme le précise Fabrice Midal, elle nous engage à accepter l’incertitude de n’être pas toujours sûr d’avoir raison, de vivre au cœur d’une inquiétude : « cette incertitude ne doit pas nous préserver de nous engager, elle est au contraire la ressource d’une action authentique » (in La voie du chevalier)

Mathieu Brégegère
Paris
2 commentaires
  1. Maude Ouellette-Dube dit :

    Merci Mathieu pour ces quelques mots qui portent loin. Au retour de retraite on essaie de trouver sa place de chevalier dans notre vie quotidienne, apprendre à vivre avec cette incertitude n'est pas toujours une évidence. Ce que tu partages avec nous tombe bien à point, pour continuer le travail. Merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *