Un confinement méditatif

Photo d'une maison

J’habite dans une maison avec un jardin. Je ne travaille plus, mon mari quant à lui fait du télétravail, et mes enfants sont au Québec. Confinement privilégié, à deux. Avec la mise en place de ce confinement, j’ai l’impression d’être entrée dans un vaste espace de pratique.

Être chez soi, c’est se poser. 

Bien sûr, je peux sortir un peu,  munie de mon attestation en bonne et due forme, mais il n’est plus possible de s’échapper en allant s’asseoir sur une terrasse de café, déjeuner avec une copine ou en allant au musée, à la médiathèque, au concert ou à la Maison de la méditation !

Je me pose et le temps ralentit, comme dans la pratique.

Le rythme naturel de la présence et de l’absence

Il y a des moments où je suis présente à ce que je fais : je médite, je fais sortir le chat, je fais rentrer le chat, je nourris le chat, je fais la cuisine ou du ménage (à fond dans le ménage de printemps après la lecture des ouvrages de Marie Pierre Dillenseger).  J’écris un mail, je téléphone à un proche.  Inspir. Expir.

Et puis il y a les moments où mon esprit part complètement ailleurs.  Je suis happée par mon smartphone ou les news sur Internet.  Ou je parle à quelqu’un dans ma tête.

Il y a aussi les éclairs de présence bienfaisants.  Je regarde le prunier en fleurs de la voisine ou le rouge gorge perché sur la barrière.

Il y a les moments de flottement, ni vraiment présente, ni vraiment absente. Le temps est comme suspendu, je tourne sur place. Je me demande comment remplir le sentiment de vide qui se présente à moi.

L’espace, lieu de la relation

Vide. Espace.  Et puis je repars vers une autre activité qui m’appelle. Bonjour. Grâce à ce que m’a appris la pratique de la méditation, il m’est possible d’entrer pleinement en rapport avec ce confinement, avec cet arrêt inattendu des habitudes.  Il m’est possible d’avoir un nouveau regard sur ma vie, de la questionner à neuf, comme si j’avais à nouveau vingt ans, et surtout, il m’est possible de sentir les liens qui m’unissent à tant de gens et d’en être emplie de gratitude.

Anne Vignau

Saint-Gratien

0 commentaires

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *