Un enfant est plein d’attention à tout ce qui l’entoure

Image de la couverture du livre "Libre de soi, libre de tout" de Shunryu Suzuki, où est reproduite une photo de l'auteur

« Un bébé montre le même intérêt fondamental envers tout. Si vous l’observez, vous noterez qu’il apprécie constamment sa vie. Nous autres adultes sommes presque toujours prisonniers de nos idées préconçues. Nous ne sommes pas complètement libres du monde objectif parce que nous ne sommes pas un avec celui-ci. » Shunryu Susuki, Libre de soi, libre de tout.

Pratiquer la méditation c’est retrouver cet état d’esprit de l’enfance où tout est appréciable et digne d’intérêt.
Je suis en général assez organisé dans ma vie. Je parviens à anticiper beaucoup de tâches. Il y a quelques années quand je travaillais comme responsable de  production en usine c’était une part importante de mon travail que d’anticiper les problèmes techniques ou humains ; tel équipement ou tel matériau qu’il fallait approvisionner, prévoir les congés du personnel, les besoins en assistance technique, la maintenance des équipements, la formation et l’information du personnel. Je devais penser à tout et le moindre détail pouvait avoir des conséquences sur la fabrication, la qualité des produits et la satisfaction des clients.
Cette capacité à organiser les choses est précieuse, mais il y a un côté enfermant ; je me sens parfois comme un super-ordinateur faisant du traitement multi tâches et j’oublie le monde autour de moi.
C’est enfermant parce je ne vois pas l’entièreté de la situation qui est réduite à des considérations au fond techniques.
Un petit enfant n’a pas la capacité d’organisation et d’anticipation d’un adulte. Il faut qu’on le prenne par la main et qu’on s’occupe de lui. En revanche, s’il ne calcule pas, s’il n’est pas capable d’anticiper, il est pleine attention à tout ce qui l’entoure, il s’émerveille de tout et n’enferme pas ce qu’il voit dans des concepts.
En ce sens, être auprès d’enfants nous rappelle cet état d’esprit libre que nous avons connu. C’est aussi ce que nous retrouvons en pratiquant la méditation. Sur le coussin on peut s’autoriser à être comme un bébé ouvert à tout. On peut pour un temps laisser de côté notre agenda, nos préoccupations et les concepts qui nous éloignent de la vie.
Cette expérience peut alors nous permettre de voir les situations concrètes de la vie de tous les jours de manière plus ouverte et plus entière.
Xavier Ripoche
Paris
2 commentaires
  1. Alexis Mouret dit :

    Pomme replète, poire et banane,
    groseille verte… Voilà qui tout exprime
    vie et mort dans la bouche… Je me doute…
    Mais lisez-le sur le visage d’un enfant,
    Quand il y goûte. Oh ! c’est de loin que cela monte.
    Lentement vous vient-il en bouche, l’ineffable ?
    (Rilke, extrait Sonnet à Orphée)
    Je ne retrouve pas dans ton post, cher Xavier, toute la gravité de la "leçon de l'enfance" qu'a si bien développé Fabrice il y a quelques années et toujours disponible sur le site à l'espace membre.
    Amiclament. Alexis Mouret

  2. Alexis Mouret dit :

    Au fond, peut-être que la façon même dont tu extrais en citation ce passage des enseignements de Shunryu Suzuki est technique.
    On est tous pris là dedans, ce n'est pas une blague, surtout nous qui sommes dans l'industrie.
    C'est pour cela (entre autre) que la philosophie dans l'Ecole est importante.
    Je t'embrasse.
    Alexis Mouret

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire