Insomnie

Photographie d'un ciel nuageux, une nuit de pleine Lune.

Une pensée insistante

Parfois je me réveille la nuit et je n’arrive pas à retrouver le sommeil. C’est souvent lié à une émotion qui surgit, une pensée qui me vient à l’esprit et qui finit par m’envahir. Je ressasse, cela tourne en boucle et au bout d’un moment je vois que je ne vais pas pouvoir me rendormir.

Je voudrais bien pouvoir écarter cette pensée, lui demander de revenir le lendemain, mais ça ne marche pas. Elle revient sans cesse, comme un moustique. Ce n’est pas forcément une émotion très forte mais une pensée insistante, irritante et qui finit par m’obséder. Quand je suis dans cette situation, je sais que plutôt que de tourner dans mon lit en attendant le sommeil, le mieux que j’ai à faire est de me lever pour aller pratiquer la méditation.

Il y a un effort à faire, car le lit est bien douillet. D’un autre côté la perspective de retrouver la méditation, ma compagne de tous les jours, suffit en général à me donner l’allant nécessaire pour me lever.

Pratiquer la méditation assise

Je m’assois sur le coussin. L’émotion revient mais alors je suis dans ma posture, droit, ce qui me permet de faire face. Quand l’émotion surgit je la vois, je la touche et je reviens à l’attention à mon corps, à mon souffle. Elle peut revenir 10 fois, 20 fois et au bout d’un moment elle peut finir par diminuer d’intensité. Parfois elle ne diminue pas. Il n’y a pas de règle.

Je ne pratique pas dans le but de calmer mon esprit ou avec le projet de me rendormir. Il s’agit d’une vraie pratique de la méditation assise, sans but, sans projet, mais souvent, à l’issue de la séance mon esprit est plus clair et je suis plus disposé pour aller me recoucher.

Mon esprit est un peu comme un océan et les émotions comme des vagues un peu fortes. Lorsque je suis allongé dans mon lit et qu’une vague émotionnelle surgit, elle m’emporte avec elle. Quand je suis assis sur le coussin de méditation, je suis comme un rocher, les vagues m’éclaboussent mais ne m’emportent pas.

 

Xavier Ripoche

Paris

0 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire