Articles

Photo du Docteur François Bourgognon, lors de la rencontre organisée à la Maison de la méditation

Et si nous valions mieux que le confort ?

Peut-être est-il possible d’embrasser l’inconfort au lieu de vouloir fuir notre expérience. C’est même le point de départ de la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT) que nous présente le docteur François Bourgognon lors de sa récente venue à la Maison de la méditation. « S’agit-il, en effet, d’être confortable ou de s’acheminer vers un accomplissement ? » questionne-t-il. François Bourgognon est psychiatre et psychothérapeute, instructeur et formateur en méditation de pleine présence. Dans cette conférence il nous montre précisément comment la méditation prend place dans un cadre thérapeutique.

Apprivoiser la peur dans la relation de soins

Quel lien pouvons-nous entretenir avec nos émotions ? C’est une question très importante que nous avons notamment eu l’occasion d’aborder récemment à l’École occidentale de méditation, où nous avons eu le plaisir de recevoir Dzogchen Ponlop, venu nous présenter son dernier livre : Emotional Rescue, paru en français sous le titre : Plan de sauvetage émotionnel.
Photo d'un paysage rural entièrement recouvert de neige

Bonne année !

C’est la fin d’une année et le début d’une nouvelle année. Un moment de passage, un moment pour dire au revoir à ce qui a été et pour faire de la place et accueillir ce qui sera. Un désagréable sentiment de vertige me saisit quand je me relie à ce temps qui passe. Tant d’évènements, petits et grands, sont survenus, tant de moments ont été vécus, tant de personnes ont été rencontrées ; certaines ont disparu, ou ont été effacées par la distance, et d’autres sont arrivées dans ma vie.
Photo de dos de deux petites-filles de Dominique Sauthier

La pratique au carré

Peu après les neuf jours du Stage 4 passés dans le silence et l’immobilité d’une pratique intensive, je suis partie en vacances avec deux de mes petites filles. Le contraste a été tellement saisissant, que je me suis demandée comment relier deux expériences si diamétralement opposées. Pendant les neuf jours de retraite, je me suis progressivement posée, et toutes les résistances qui au début rendaient ma pratique difficile et inconfortable ont cédé pour laisser place à une présence simple et sans histoire où je me suis sentie en paix avec moi-même et ce que je rencontrais. Mes petites filles de 6 et 8 ans sont pleines de vitalité, une vitalité qui s’exprime par des rires joyeux et un infatigable besoin de mouvement, mais aussi par des disputes, des chamailleries, des plaintes et des cris.
photographie d'un moment de partage entre les participants d'un stage de méditation

L’accueil au cœur de l'École

Ils arrivent ! Début août dernier, arrivée dans le Jura quelques jours avant les participants au stage de Pleine présence, me voilà sur les charbons ardents car la navette avec la plupart de ceux-ci vient d'être annoncée en bas de la…
Photographie de la partie supérieure de la sculpture de Michel-Ange, L'Esclave rebelle.

L’accueil de ce qui est comme voie de métamorphose

En septembre dernier, je consacrais un article dans la Croix, approfondi par une chronique audiovisuelle sur philosophies.tv, à la question de savoir si c’est le refus ou l’acceptation d’une maladie ou d’un handicap qui permet de les…