Rester présente face à la panique

Photo d'un grand cahier ouvert
Soudain j’apprends une nouvelle qui me désarçonne, m’inquiète, me fait perdre pied.
Je sens la panique, ou plutôt je vois la panique comme une vague qui m’inonde et voudrait m’emporter.
Sauf qu’elle ne m’emporte pas… Pourquoi ?
Parce que je réalise mon état en même temps qu’il m’arrive, je reste présente aux drôles de sensations qu’il provoque, aux battements de mon cœur, à mon corps qui tremble. Je respire. Je reste présente. Je mets du poids dans mes jambes, je reviens à mon corps, je porte attention à mes perceptions sensorielles.
” Quand tu es angoissé ou submergé, reviens simplement à ta présence corporelle.”
écrit Fabrice Midal dans Simplement être là, le cœur grand ouvert.
Je regarde la couleur du temps, j’entends même un chant d’oiseau au milieu du brouhaha urbain et de mon brouhaha interne.
Depuis que je pratique la méditation je ne panique pas moins, je ne suis pas moins surprise par la vie, mais j’arrive à traverser les événements avec davantage de présence d’esprit, ce qui se traduit par davantage d’ouverture et un — petit — peu moins de peur !
Marie-Laurence Cattoire
Paris
0 commentaires

Laisser un commentaire

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *